Ré­forme d’AVS : sta­bi­li­ser le 1er pi­lier de la pré­voyance vieil­lesse

Positions15 septembre 2022

L'ASA soutient la réforme AVS 21 qui sera soumise à votation le 25 septembre 2022. Ce projet permet, dans un premier temps, de stabiliser les finances de l’AVS. La réforme – et par conséquent le projet soumis à votation – comprend deux objets : une modification de la loi sur l'AVS, qui aligne l'âge de la retraite des femmes sur celui des hommes, et un relèvement modéré de la TVA.

L’ASA salue la réforme AVS 21.

La prévoyance vieillesse est confrontée à des enjeux d’importance : l’allongement de l’espérance de vie et la baisse de la natalité. Du fait de l’allongement de l’espérance de vie, les rentes de l’assurance vieillesse et survivants de droit public (AVS) doivent être versées de plus en plus longtemps. Parallèlement, le nombre de cotisants par allocataire continue de s’inscrire à la baisse, ce qui entraîne un creusement de plus en plus rapide des déficits. Lors de l’introduction de l’AVS en 1948, chaque rente AVS était financée par 6,5 actifs ; en 2007, ils étaient encore 3,3 ; en 2035, ils ne seront vraisemblablement plus que 2,2. Au regard de ce contexte, l’ASA estime incontournable et urgente la réforme du premier pilier de la prévoyance vieillesse.

 La réforme de l’AVS a pour objectif la stabilisation du financement de cette assurance. À cette fin, l’âge de la retraite – l’âge dit de référence – des femmes sera aligné sur celui des hommes. Cette adaptation de 64 à 65 ans sera progressive. Neuf cohortes de femmes sont particulièrement touchées par cette augmentation et bénéficieront de compensations. De plus, la TVA, qui s’élève actuellement à 7,7 pour cent, sera augmentée de 0,4 point. La réforme n'entrera en vigueur que si ses deux objets – l'harmonisation de l'âge de référence et le relèvement de la TVA – sont validés par le corps électoral dans les urnes.

 

Vous trouverez de plus amples informations sur le site Internet du comité multipartite.